LEXICON

Présentation du projet

 

Le projet Lexicon, qui a débuté en 2014, est un projet international porté par l’université de Melbourne et piloté par David Clarke qui implique des équipes de neuf pays : Allemagne, Australie, Chili, Chine, Finlande, France, Japon, République Tchèque et USA. L’équipe française est le LDAR et elle travaille en collaboration, notamment, avec l’IREM de Poitiers. Le projet repose sur l’idée que la domination internationale de l’anglais a limité l’accès des chercheurs et praticiens à la terminologie parfois sophistiquée qui existe dans d’autres langues et qui pourrait contribuer à notre compréhension des processus d’enseignement et apprentissage des mathématiques au sein de la classe, ainsi qu’à l’expression de l’expertise enseignante. Le projet a l’ambition de dépasser ces limitations par :

  • la construction d’un « Lexicon national » pour chacun des pays participants constitué des termes/expressions à la disposition des enseignants et utilisés par eux pour décrire ce qui se passe dans une classe de mathématiques (chaque terme est accompagné d’une définition-description, ainsi que d’exemples et non-exemples pour aider à faire sens de ces descriptions),

  • l’analyse comparative de ces différents lexiques et de leurs potentialités respectives.

On fait l’hypothèse que le projet permettra d’identifier des termes qui n’ont pas jusqu’ici d’équivalent en anglais et d’enrichir ainsi le vocabulaire international dans ce domaine. Précisons que le lexique visé est le lexique professionnel des enseignants. Il ne s’agit donc pas de construire un dictionnaire de didactique des mathématiques. On peut cependant penser que les lexiques incluront certains termes issus de la recherche didactique qui ont diffusé dans le milieu enseignant à travers des publications d’interface comme celles, en France, du réseau des IREM et la formation des enseignants. 

Le projet devrait permettre également de mettre à jour des différences plus ou moins grandes entre nos cultures respectives, de préciser similarités et différences, et d’essayer d’en comprendre les raisons, en s’appuyant sur la comparaison des lexiques et de leur usage, notamment dans le codage des vidéos réalisées dans le cadre du projet.

Dans un premier temps, dans chacun des pays, en effet, une séance de classe a été filmée en classe de quatrième avec trois caméras, transcrite et traduite en anglais. Les vidéos ont été montées et sous-titrées à l’université de Melbourne et les neuf vidéos et documents associés ont constitué un stimulus utilisé pour générer les lexiques nationaux selon un protocole commun.

Les premières versions des lexiques nationaux ont été présentées et discutées lors d’une première rencontre internationale organisée à Melbourne par nos collègues australiens, en novembre 2015.  Cette rencontre a mis en évidence la diversité des lexiques élaborés par les différentes équipes, tant en termes de structuration que de contenu. Il est aussi apparu que les descriptions jugées claires par les auteurs ne l’étaient pas nécessairement pour les partenaires des autres pays. Les versions initiales ont donc été révisées puis soumises à une première évaluation locale, par des chercheurs, formateurs et enseignants volontaires.  A la suite de cette première évaluation, le lexique a été à nouveau révisé, avant d’être soumis à une seconde évaluation dépassant la seule échelle locale.

À la suite d'une seconde rencontre du projet à Hambourg en juillet 2016, a été lancée une troisième évaluation, cette fois au moyen de questionnaires en ligne. Les termes du lexique français ont été répartis dans 4 questionnaires. Tout enseignant de mathématiques, formateur d'enseignants ou chercheur peut participer à cette évaluation ; pour cela il suffit de choisir ci-dessous le lien vers le questionnaire correspondant à son mois de naissance :

Il est possilble de répondre en plusieurs fois, les réponses partielles étant automatiquement sauvegardées (il suffit de rouvrir le lien depuis le même ordinateur pour y accéder) mais il est demandé de ne soumettre la réponse que lorsque l'on ne souhaite plus reprendre le questionnaire, que l'on ait répondu ou non à toutes les questions. Merci de faire suivre l'information à d'autres collègues, enseignants de mathématiques ou formateurs d'enseignants en mathématiques.
 

L’étude comparative des lexiques, a été initiée lors de la troisième rencontre du projet à Melbourne en novembre 2016.

 

Lien vers le site du projet international : http://www.lexicon.iccr.edu.au

LEXICON : équipe et partenaires pour la France

  • LDAR : Michèle Artigue, Julie Horoks, Brigitte Grugeon-Allys, Julia Pilet

  • IREM de Poitiers : Thierry Chevalarias, Florence Debertonne-Dassule

Publications associées

  • Artigue, M., Novotná, J., Grugeon-Allys, B., Horoks, J., Hospesová, A., Morasová, H., Pilet, J. & Zlabková, I. (2017). Comparing the professional lexicons of Czech and French mathematics teachers. B. Kaur, W.K. Ho, T.L. Toh & B.H. Choy (Eds.), Proceedings of PME 41 (Vol. 2, pp. 113-120). Singapore: PME.