LangMeR

Langages, modèles et réalités

Présentation du projet

 

Ce groupe de travail concerne l’enseignement-apprentissage du (des) langage(s) de la chimie (formules, équations chimiques) et des modèles qui interprètent le registre empirique. Cela recouvre les directions de travail suivantes :


Premier axe de travail centré autour de l’appropriation par les élèves (qui débutent l’apprentissage de la chimie) du langage élémentaire de la chimie constitué des formules brutes et des noms. Cette réflexion est un prolongement du travail de thèse de Sophie Canac et vise à produire une ressource pour la classe par le biais d’un travail collaboratif en cours avec des enseignants. Les questions de recherche principales concernent les facteurs d’acceptation de la ressource par les enseignants et les nécessités d’évolution de la ressource. La ressource propose une mise en réseau de différents concepts, transformation chimique, réaction chimique, espèce chimique, atome, molécule, appartenant au registre des modèles, au registre empirique (réalité perçue, réalité idéalisée) dont il s’agit de construire les distinctions progressivement.


Deuxième axe de travail centré autour de la notion de liaison chimique, centrale en chimie pour expliquer une variété de phénomènes. Il s’agit alors de mettre en relation des modèles submicroscopiques avec des modèles macroscopiques ou des phénomènes macroscopiques en faisant appel notamment à la langue naturelle et à des représentations sémiotiques spécifiques. La notion de liaison chimique recouvre des concepts souvent enseignés de façon indépendante (liaison covalente, liaison ionique) ou avec des appellations différentes (liaison hydrogène, forces intermoléculaires). Une particularité de la notion se trouve dans le fait que la liaison covalente possède un symbole spécifique, un trait, alors que la liaison ionique n’en possède pas. Les questions de recherche concernent la compréhension qu’ont les élèves et les étudiants de la notion, les pratiques enseignantes au lycée et au début de l’enseignement supérieur. Une question de recherche principale interroge dans quelle mesure il est possible de faire percevoir aux élèves et étudiants le caractère unificateur du concept de liaison chimique malgré (ou à travers) la variété des modèles en jeu. Les thèses de Corentin Melin et Julien Valentin s’inscrivent dans cet axe de travail.

LangMeR : membres

 

Chercheure statutaires : 

Doctorants : 

  • Corentin Melin

  • Julien Valentin​

Publications associées

  • Canac, S. & Kermen, I (2018). Studying ordinary teaching practices about the introduction of chemical formulas to determine teachers's needs. Communication présentée à 14th ECRICE, Warsaw, 2-6 september

  • Canac, S. & Kermen, I (2018). Design and first use of a history of science-based resource to introduce basic concepts of chemistry. Poster présenté à 14th ECRICE, Warsaw, 2-6 september

  • Canac, S. & Kermen, I (2018). Conception d'une ressource didactique fondée sur l'histoire des sciences pour introduire les formules chimiques au college. Cahier du LDAR n°20. (ISBN : 978-2-86612-388-8)

  • Canac S. & Kermen I. (2018). Introduction du langage symbolique de la chimie. Observation de deux séances de classe ordinaires. Communication présentée à 10e rencontres scientifiques de l’Ardist. Saint-Malo, 27-30 mars 2018.

  • Canac, S. & Kermen, I. (2017). How French students understand basic notions of the language of chemistry, In S. Markic symposium, language and chemistry teaching and learning. Communication présentée à conference ESERA 2017 Conference, Dublin, 21st-25th August.

  • Canac, S. & Kermen, I. (2016). Exploring the mastery of French students in using basic notions of the language of chemistry. Chemistry Education Research and Practice, 17, 452-473.

  • Canac S. & Kermen I. (2016) Les difficultés des élèves face au langage du chimiste. Actes des 9e rencontres de l'Ardist, 30mars-1er avril 2016, Lens, p.31-36. https://ardist2016lens.sciencesconf.org/81456/document