Langages et activités expérimentales en chimie à l’université (LAECU)

Présentation

 

Ce projet souhaite caractériser la place prise par les, et l’influence des, différents écrits intervenant dans les activités expérimentales en chimie à l’université, comme les instructions adressées aux étudiants et les comptes-rendus élaborés par les étudiants. Il vise à préciser les réussites et les difficultés des étudiants à rendre compte de leur activité en séance à travers le rapport écrit, au regard des attendus des enseignants. Une partie importante du projet consistera à mettre en évidence les objectifs assignés aux séances expérimentales par les enseignants, et la façon dont cela transparait dans les instructions écrites et dans les séances.

Deux types d’écrits feront donc l’objet d’analyses : le fascicule élaboré par les enseignants à destination des étudiants et les écrits d’étudiants qu’ils soient des comptes-rendus destinés à l’enseignant ou des écrits tels que ceux d’un cahier de laboratoire (s’il existe). Il s’agit de mettre en relation le fascicule avec les objectifs des enseignants, et leurs intentions de réalisation d’une part, et avec ce qu’en comprennent les étudiants d’autre part. Une autre direction d’investigation concerne la nature des écrits demandés aux étudiants, le rôle qui leur est assigné par les enseignants, et la production effective des écrits étudiants au regard des objectifs annoncés.  

Les ressources sur lesquelles les enseignants universitaires sont susceptibles de s'appuyer ne sont pas clairement identifiées étant donné qu’il n’existe pas de programme national pour les licences par exemple comme pour les DUT et BTS ou en CPGE, ce qui nous incite à rechercher également ce qui guide les choix des enseignants. Ces choix sont la résultante de nombreux facteurs dont le cadre de la double approche didactique et ergonomique propose une théorisation sur laquelle nous prenons appui.

Les titrages, méthode d’analyse courante, qui devrait donc être abordée dans toute formation universitaire, constituent les activités expérimentales ciblées par le projet. L’analyse didactique des tâches prescrites aux étudiants est effectuée sous l’angle de la distinction entre ce qui relève du registre empirique et du registre des modèles et des relations à faire entre ces registres pour expliquer ou prévoir, en synergie avec une analyse de l’usage des différents systèmes sémiotiques convoqués.

Ce projet est soutenu par la Mission Recherche de l’ESPE de Créteil dans le cadre de l’appel à projet recherche pour l’éducation et la formation (de janvier 2019 à décembre 2020).

Membres du projet

 

Isabelle Kermen, LDAR, porteure du projet

Sophie Canac, LDAR,

Didier Colin, CEDITEC (UPEC)

Sandra Javoy, LDAR,